Médiathèque de l'Institut français du Maroc-Casablanca

121, boulevard Zerktouni
20340 Casablanca

Tél. 05 22 77 98 70

." /> Catalogue en ligne <br><center><font size="3" color="#000080"> Médiathèque de l'Institut français du Maroc-Casablanca<br> <br></font> <font size="2" color="#000080"> 121, boulevard Zerktouni<br> 20340 Casablanca<br> <br> Tél. 05 22 77 98 70<br><br></center></font> .
         




Consultez notre site http://if-maroc.org/casablanca


Pour accéder à votre compte:
Identifiant: première lettre du prénom suivie du nom de famille
Mot de passe: année de naissance










Tous les prix littéraires disponibles à la médiathèque !
Venez retrouver les lauréats des Prix littéraires 2014 à la médiathèque :




Prix Renaudot des Lycéens: L'Amour et les Forêts / Eric Reinhardt (Gallimard) - Cote: 843.92 REI
Eric Reinhardt met en scène sa relation, supposée réelle, avec une lectrice qu'il aurait accepté de rencontrer à deux reprises après avoir été touché par la lettre qu'elle lui aurait envoyé. Il découvre à travers les confidences de Bénédicte Ombredanne l'histoire d'une femme insatisfaite, qui s'ennuie dans sa vie et supporte le harcèlement quotidien d'un mari déséquilibré.

Prix de Flore: L'aménagement du territoire / Aurélien Bellanger (Gallimard) - Cote: 843.92 BEL
Les intérêts, les complots, les temps s'entremêlent...
Dans "L'aménagement du territoire", le château d'un village oublié par l'histoire se délabre au bord d'une rivière. Les travaux d'une ligne à grande vitesse vont pourtant réveiller quelque chose qui y sommeillait depuis la nuit des temps. Une machination secrète que chacun va chercher à faire jouer en sa faveur. Le village devient alors le théâtre d'une lutte acharnée entre les opposants au projet et ses promoteurs.
D'autres entrevoient, derrière le passage du train, des enjeux plus complexes. Un capitaine d'industrie croit discerner les frontières de son futur empire. Un préfet retraité est admis dans une société secrète. Un activiste solitaire rêve d'un événement qui relancerait l'histoire. Un vieil aristocrate défend d'étranges théories. Un archéologue est confronté à la plus grande découverte de sa carrière.
Les intérêts, les complots, les temps s'entremêlent...

Prix Décembre: Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre / Elisabeth Roudinesco (Seuil) - Cote: 150.195 FRE
Freud, un cas paradoxal ?
L’historienne et psychanalyse est la première biographe de Freud à s’appuyer sur les archives de la Bibliothèque du Congrès à Washington. Depuis 1991, aucune biographie du père de la psychanalyse n’était parue. Celle-ci s’intéresse particulièrement aux complexités voire aux paradoxes de l'homme, juif athée antireligieux, héritier des Lumières et passionné de sciences occultes, tout à la fois conservateur et novateur et offre ainsi une nouvelle perspective sur sa vie.

Prix Goncourt: Pas pleurer / Lydie Salvayre (Seuil) - Cote: 843.92 SAL
Deux voix entrelacées.
Celle, révoltée, de Georges Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les nationaux avec la bénédiction de l’Église catholique contre les « mauvais pauvres ». Son pamphlet, Les Grands Cimetières sous la lune, fera bientôt scandale.
Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui, soixante-quinze ans après les événements, a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours radieux de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, jours que l’adolescente qu’elle était vécut avec candeur et allégresse dans son village de haute Catalogne.
Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent, comme enchantées par l’art romanesque de Lydie Salvayre, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, portées par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée.

Prix Renaudot et Prix Goncourt des lycéens: Charlotte / David Foenkinos (Gallimard) - Cote: 843.92 FOE
Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une oeuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : C'est toute ma vie. Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Prix Femina: Bain de lune / Yanick Lahens (Sabine Wespieser) - Cote: 843.92 LAH
Romancière haïtienne qui a fait ses études à la Sorbonne, à Paris, Yanick Lahens signe avec «Bain de lune» une fresque sur trois générations qui retrace le destin des paysans haïtiens par la voix et la vie d'une jeune fille, retrouvée naufragée. Membre fondatrice de l’association des écrivains haïtiens qui combat l’illettrisme en organisant des lectures et rencontres dans les écoles, cette native de Port-au-Prince est très impliquée dans la vie associative et politique de son pays. L'un de ses précédents romans, «La couleur de l'aube», paru en 2008 déjà aux éditions Sabine Wespieser avait obtenu le prix du livre RFO 2009, le prix littéraire Richelieu de la Francophonie 2009, ainsi que le prix Millepages 2008.
En récompensant l'une de ses plus belles plumes, le jury du prix Fémina honore aussi la riche littérature haïtienne, qui, de Dany Laferrière («L'Enigme du retour») à Lyonel Trouillot («La Belle amour humaine»), chante la tragédie d'un peuple souvent oublié.


Grand Prix du roman de l'Académie française: Constellation / Adrien Bosc (Stock) - Cote: 843.92 BOS
À 28 ans, avec Constellation , son premier roman, il décroche la prestigieuse récompense littéraire. C'est indiscutablement l'une des révélations de la rentrée littéraire, car, rarement l'Académie française, couronne un premier roman.
Dans «Constellation», Adrien Bosc revient sur le vol Paris-New York du 28 octobre 1949, qui a percuté le mont Renondo, dans l’archipel des Açores. Ce crash est resté légendaire parce que Marcel Cerdan y a trouvé la mort, alors qu’Edith Piaf l’attendait aux Etats-Unis.
Mais Bosc a voulu s’intéresser aux anonymes qui ont péri avec le boxeur : cinq bergers basques en route pour le Nouveau Monde, le rédacteur en chef des «Dernières Nouvelles d’Alscace», ou le responsable du merchandising de chez Disney. Il a extrait tous ces destins de la carcasse de ce Lockheed Constellation. Son roman est un portrait de groupe, un récit minutieusement enquêté.


Prix Nobel de Littérature: Patrick Modiano
Romancier discret, singulier, Patrick Modiano s’est imposé comme l’un des écrivains majeurs de la littérature française contemporaine depuis son premier roman, La Place de l’Etoile en 1968. De nombreux autres romans ont suivi, creusant, chacun, encore davantage les obsessions d’un homme né en 1945, dont l’enfance aura été continuellement hantée par les spectres de l’occupation, les êtres aux identités doubles, aux existences floues, sans cesse réinventées face à la menace du pire.
Au cœur de son œuvre, on retrouve toujours un personnage masculin à la recherche du passé fragmenté, en quête de sens à travers les mots et les phrases que Modiano sait tendre mieux que personne comme les filets d’une toile d’araignée où se sont pris souvenirs, images fugaces, sensations.
Le Paris des années 40 ou des années 60 devient comme le deuxième personnage de ses textes, qu’il revisite en privilégiant les non-quartiers, ces zones parisiennes comme neutres, excentrées et perdues, où se cacheraient des personnages romanesques et dangereux, et autant de secrets qu’il lui faudra découvrir.
Disponible en médiathèque: 843.914 MOD / 843.92 MOD / 843.081 MOD

Prix littéraire de la Mamounia: Réda Dalil
Sans surprise, Réda Dalil remporte le Prix littéraire de la Mamounia. «Le Job», son premier roman, est également sélectionné au Prix de la littérature arabe.
Ce Prix littéraire récompense le meilleur roman francophone marocain.
Réda Dalil, économiste de formation, parle dans ce roman des mésaventures et des déceptions d'un jeune Marocain, qui sans emploi, passe par des moments difficiles pour s'en sortir. L’élément déclencheur de ce roman a été « la grande crise financière mondiale de 2008-2009 et les monstrueuses vagues de licenciements qui l’ont accompagnée. Les secousses de ce tsunami né aux États-Unis se sont ressenties aux quatre coins du globe, y compris chez nous où de nombreux cadres supérieurs ont perdu leur emploi », souligne Réda Dalil.


Prix des Cinq Continents : Meursault, contre-enquête / Kamel Daoud (Actes sud)- Cote: 843.92 DAO
Le Prix des Cinq continents de la Francophonie met en compétition 10 ouvrages finalistes représentant 4 pays : Canada-Québec, France, Algérie, Suisse.
le jury, présidé par Jean-Marie Gustave Le Clézio (Maurice) et composé d'un jury international, a désigné le journaliste algérien Kamel Daoud lauréat 2014 pour son roman « Meursault, contre-enquête » paru chez Actes Sud, en France, et Barzakh, en Algérie.
Le jury a motivé son choix en évoquant : « un roman qui remet en question nos aveuglements historiques toujours actuels et s'interroge sur la justice et la prise en compte de l’altérité une fois apaisée la terreur coloniale », a-t-on appris auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie.



Prix Grand Atlas: Moha Souag, Halima Hamdane et Abdellah Baida
Dans la catégorie Littérature générale, Moha Souag a remporté le grand Prix pour son roman «Nos plus beaux jours». Il s’agit d’un hommage aux femmes qui révèle avec force le talent narratif et poétique de cet auteur, qui plonge le lecteur dans les contradictions d'une société déployant sous ses doigts, à travers les deux personnages principaux, ses espoirs et ses souffrances.
Pour sa part, Halima Hamdane a décroché le prix dans la catégorie Littérature Jeunesse, avec "Hdidane le rusé" (illustré par Laure Gomez). Il est question d’un roman inspiré d'un conte traditionnel des plus connus ayant bercé notre enfance, que nous avons aimé et adoré. Son édition permet de faire connaitre aux nouvelles générations ce classique de la littérature orale marocaine.
De son côté, Abdellah Baida, qui concourait dans la catégorie Littérature générale, a été récompensé par le prix du public "Culturthèque" ainsi que par celui des Etudiants pour son ouvrage "Le Dernier Salto", un récit ponctué d'élévations et de chutes où le saut qui se veut initialement expérience corporelle devient sublimation spirituelle.
Le jury du Prix Grand Atlas (PGA 2014) était présidé par Jean-Christophe Rufin, médecin, diplomate, académicien, écrivain voyageur et humaniste français, entouré de l'universitaire Assia Belhabib, du libraire tangérois Hamid Abbou et de Kenza Sefrioui, lauréate du Prix Grand Atlas 2013 et journaliste culturelle.
Créé par l'Ambassade de France pour valoriser la création littéraire et éditoriale francophone au Maroc, le Prix Grand Atlas rend hommage depuis deux décennies à des auteurs et des traducteurs de livres francophones.

Le dernier salto, Abdellah Baïda / Marsam - MAR 843.92 BAI
Nos plus beaux jours, Moha Souag / éditions du Sirocco - MAR 843.92 SOU >
Hdidane le rusé, Halima Hamdane & Laure Gomez / Yomad - JC HAM






Médiathèque de l'Institut français du Maroc-Casablanca

121, boulevard Zerktouni
20340 Casablanca

Tél. 05 22 77 98 70

Se connecter



  

Adresse


Médiathèque de l'Institut français du Maroc-Casablanca

121, boulevard Zerktouni
20340 Casablanca

Tél. 05 22 77 98 70


121 Boulevard Zerktouni
20340 Casablanca
Maroc 
Tél. 05 22 77 98 70